Repenser la sécurité en Côte d’Ivoire (article)

Dans la nuit du 11 au 12 mai 2017, plusieurs casernes sur toute l’étendue du territoire ivoirien sont paralysées par des hommes armés qui tirent en l’air. Le vendredi 12 mai, à Bouaké, Abidjan, Korhogo, Man et Odienné, ces hommes armés sont dans la rue : la Côte d’Ivoire est une fois de plus ébranlée par une mutinerie. Au total, ce sont près de 12 millions de FCFA (environ 18 000 euros) qui étaient réclamés par ces « corps habillés ». En plus de ces coups de forces récurrents de l’armée, un autre phénomène trouble la quiétude des ivoiriens depuis la fin de la crise post- électorale d’avril 2011, il s’agit du phénomène des « microbes » ou encore appelés par les autorités ivoiriennes, « enfants en conflit avec la loi ». Ces groupes de jeunes voire de très jeunes, sèment la terreur dans les quartiers populaires d’Abidjan avec des armes blanches, parfois des armes à feu et s’attaquent à n’importe qui sur leurs passages.

Un environnement sécurisé est un environnement propice à l’épanouissement de chaque être humain et de toutes ses entreprises. Cet environnement sécurisé rend un pays potentiellement attractif pour les investisseurs étrangers. C’est dans cette perspective qu’est rédigé cet article, pour essayer de mettre en avant un certain nombre de pistes et de mesures qui permettraient à la Côte d’Ivoire d’être un havre de paix et de sécurité pour ses habitants et leurs biens, ainsi que pour tous ceux qui ont choisi d’y vivre.

Repenser la sécurité en Côte d’Ivoire (Yannick Kouablan)

Yannick Kouablan 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s