Les enjeux de la sécurité dans la bande sahélo-saharienne (dossier)

Illustration dossier BSS

            La montée du radicalisme violent à dominante islamiste en Afrique de l’Ouest a permis la définition, notamment depuis 2014, d’une nouvelle entité géographique : la bande sahélo-saharienne (B.S.S.). Cette définition n’allait pourtant pas de soi : en effet, si l’on se limite à des considérations géographiques, la B.S.S. va des côtes mauritaniennes — à l’ouest — jusqu’aux côtes érythréennes — à l’est. Elle regrouperait l’ensemble des États nord-africains et ceux qui composent le Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, Soudan, Erythrée).

Cela étant, cette définition géographique est insuffisante puisqu’elle ne correspond pas à l’entité géopolitique qu’est la B.S.S. Il existe ainsi une Communauté des États Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) qui est composée de pays n’étant pas situés exactement dans cette aire géographique. À l’inverse, le G5 Sahel — créé en 2014 — ne comprend que certains pays de ceux composant la B.S.S. géographique.

Du point de vue sécuritaire, c’est probablement ce dernier ensemble — le G5 Sahel — qui semble devoir retenir l’attention de la communauté internationale. Ce G5, appuyé entre autres par l’opération française Barkhane, a la prétention de lutter contre les groupes armés terroristes (G.A.T.) qui ont longtemps profité de l’absence de contrôle de certains États sur les zones frontalières et sur les zones désertiques qui composent leur territoire. Cette définition reste toutefois fragile, comme le démontrent les derniers questionnements quant à une hypothétique intervention militaire européenne en Libye.

On voit que l’on peut donc définir, ou au moins tenter de le faire, la B.S.S. à travers une question bien précise : celle de sa sécurité. La lutte contre des groupes armés terroristes est donc un enjeu majeur afin de rétablir une certaine stabilité politique dans la région. Cette instabilité politique et sécuritaire peut également être imputée à un certain nombre de facteurs, économiques ou culturels, qui sont autant de lignes de fractures entre certaines populations.

Il s’agira donc, ici, de déterminer comment l’instabilité politique, économique et culturelle de la B.S.S. peut constituer une menace pour une sécurité globale dont les enjeux ne sont plus seulement strictement sahélo-sahariens.

La sécurité dans la B.S.S. est caractérisée par une large multiplicité des menaces (I). C’est cette complexité qui rend la réponse si difficile à apporter. Un des premiers niveaux de réponse, c’est précisément la coopération entre États (II). Cette coopération dépasse d’ailleurs les frontières sahélo-sahariennes. Enfin, la France s’est engagée depuis 2014 dans l’opération Barkhane. Cette opération est caractéristique d’une certaine forme de coopération, certes, mais aussi et surtout de l’intérêt stratégique que présente la stabilité sécuritaire dans la B.S.S. (III).

 

Les enjeux de la sécurité dans la bande sahélo-saharienne — Hugo Jailloux

 

Illustration : logo du G5 Sahel.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s