À l’orée 2018, le Népal en passe de basculer dans le giron chinois (article)

Illustration article Népal Chine Noé

L’alliance des partis de gauche (Parti communiste du Népal marxiste-léniniste, Parti communiste du Népal Centre-Maoïste, et le Parti Naya Shakti) présidée par l’ancien Premier ministre Sharma Aoli a remporté une large majorité des sièges aux élections népalaises de décembre, occupant plus de la moitié de l’assemblée et mettant la main sur la fonction de Premier ministre. Parmi eux,  les communistes de sensibilité maoïste occupent 14 % des sièges de l’hémicycle, et selon une annonce du 26 décembre faisant état des négociations inter-partis, devraient occuper 40 % du cabinet de l’exécutif.

Historiquement, le Népal est largement perçu comme appartenant au pré-carré de l’Inde, dont elle dépend économiquement, et du fait de la présence d’une importance minorité indienne sur le territoire népalais (environ 30 % de la population totale). Cependant, la récente victoire des communistes et leur prise de fonction exécutive en janvier 2018 pourraient bien renverser la tendance.

En 2015, alors que Sharma Aoli prenait pour la première fois possession du maroquin ministériel, le Premier ministre indien Shri Narendra Modi avait utilisé la minorité indienne madhesis pour infliger au Népal cinq mois de blocage commercial, le menaçant d’asphyxie. Message : la Chine ne fera pas main-basse sur la région.

Néanmoins, dans ce jeu d’influence, la Chine a marqué un point le 12 mai de cette année en signant un accord portant inclusion du Népal dans le projet OBOR (One Belt One Road). La victoire de l’alliance communiste aux élections constitue un nouveau succès. Le gouvernement chinois a poussé son avantage ce 26 décembre en proposant l’établissement de postes de forces de sécurités binationaux le long de la frontière sino-népalaise pour permettre la réouverture du passage de Tatopani, voie commerciale majeure fermée depuis 2015.

En réponse à l’événement politique, l’ancien secrétaire du CPI-M (parti communiste marxiste Indien) Prakash Karat a demandé au gouvernement de ménager ses relations avec la nouvelle autorité népalaise, l’incitant à ne pas répéter ses errements de 2015

« Il faut développer avec le Népal une relation d’égalité, et se garder d’interférer dans sa politique intérieure », conseille M. Karat.

Le 21 décembre, le Premier ministre Shri Narendra Modi a téléphoné à Sharma Aoli pour le féliciter, l’assurer de son soutien au développement de la prospérité du Népal, et l’inviter en Inde dès qu’il lui sera possible de venir.

Cependant, le 26 décembre, les résidents de la ville indienne de Raxaul, jumelle de celle de Birgunj (Népal) et point de passage commercial crucial, y ont interrompu le transport en réaction, selon leurs dires, à la mauvaise gestion du clinker qui y transite et la pollution qui en résulte. Les médias chinois ont dénoncé une manœuvre indienne d’intimidation : « Comment un blocage d’une si grande ampleur aurait-il pu se produire, sans être ourdi par le gouvernement indien ? », peut-on lire sur le quotidien chinois Huanqiu (Global Times). En effet, la passe avait était fermée à l’occasion du blocus de 2015. Selon The Himilayan Times, quotidien népalais, cet incident handicape lourdement l’économie nationale. Les autorités des deux parties sont actuellement en discussion pour trouver une sortie à la crise.

Avertissement ou jeu de malchance, cet événement et ceux qui précèdent augurent la poursuite et sans doute l’accentuation de la lutte d’influence que se livrent les deux géants asiatiques au sein des États-tampon qui les séparent, à mesure que les tensions s’exacerbent dans tout l’Extrême-Orient et que le projet OBOR prend forme.

À suivre, donc.

Noé Hirsch


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s